Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2009

Festival du poulpaphone 2009

Festival du poulpaphone 2009

La 5ème édition du festival du Poulpaphone s’est déroulé le week-end dernier à Boulogne-sur-mer. Comme d’habitude, pour un prix modique (6 € la soirée, pas de « pass 3 jours » cette année), on a eu droit à une affiche éclectique et de qualité. Un mot sur le choix de l’emplacement (l’hoverport du Portel), pas très subtil car d’une part l’endroit est fort excentré, situé en plein dans la zone portuaire, ce qui pénalise les personnes sans voitures, d’autant plus qu’aucun système de navette avec le centre ville n’était prévu. D’autre part, situé en front de mer (à quoi bon, le festival se déroule à la nuit tombée, la mer on ne la voit pas ), le lieu est balayé par le vent en permanence Pour ma part, je n’ai pu suivre que les concerts du samedi et du dimanche. Commençons donc par le samedi :

La soirée a commencé avec Tribeqa. le programme indiquait « Parrainés par Magic Malik, les nantais de Tribeqa mélangent sonorités africaines et caribéennes avec des sons plus urbains électro hip hop. Organisées autour du balafon (joué à quatre baguettes par un seul homme !) platines, batterie, guitare et contrebasse crée une énergie communicative qui ne peut laisser le dance floor indifférent. » Le dance floor, je ne sais pas, mais moi oui ! Du jazz, qui n’en est pas vraiment sur des rythmes vaguement hip-hop et un DJ qui ne sert à rien, bof…

Rotor Jambreks

Rotor Jambreks

Du coup, direction l’autre salle où Rotor Jambreks attaquait son set. En plus de l’habituel grosse caisse dont s’équipe souvent les guitaristes qui se produisent seul, l’homme a également une caisse claire qu’il peut actionner avec l’autre pied et donc s’accompagner avec une batterie minimaliste. Il joue un rock primaire basé sur les 3 accords du blues. Grosse auto-dérision pour ce breton, qui ne s’exprime qu’en anglais, qui alpague deux filles dans le public qu’il surnomme « Jean-Claude » et « ‘Jean-Michel » avant de les faire monter sur scène pour jouer une peu de tambourin. Rigolo et jouissif mais vite lassant.

Vint ensuite la surprise de la soirée, le duo ZZZ. Le programme restait dans le flou en nous promettant « Des musiciens qui ne font pas dans le classique : non seulement les ZZZ sont un groupe à deux (orgue batterie) mais en plus ils jouent du rock and roll sans guitare. Mélange d’électro new wave, de soul garage et de « dirt rock », leur musique loin d’être limitée révèle des trésors d’inventivité et n’a pas encore trouvé d’étiquette. » De quoi exciter notre curiosité, qui n’a pas été déçue ! Imaginez à la batterie et au chant un type à la carrure d’un bucheron, sorti de  woodstock (ou de chez Bob puisqu’ils viennent des Pays-Bas).  Sa batterie est rudimentaire : une grosse caisse, une caisse claire posée très bas, en dessous des genoux, un tom basse très bas aussi, et une cymbale charleston, point barre. Ce qui donne l’impression d’avoir un géant qui joue sur un jouet ! Ajoutez à ça un deuxième larron maigrelet, plié en deux sur ses innombrables synthés au son très gras, le visage caché par la visière de sa casquette moche et hors d’age. Pur finir, imaginez un scène enfumée électrisée par des stroboscopes, une voix noyée dans la reverb’ et le delay, un répertoire ultra-efficace, une musique mélangeant le meilleur des années 80, de l’électro et de la new-wave et voyez le carnage ! Le boucan que peuvent faire ces deux types sur un répertoire qui n’en demande pas tant est phénoménal ! Quant au final, le gars au synthé , prend son élan, saute et finit DEBOUT sur ses synthés vintage empilés alors que ça larsenne de partout, j’ai cru devenir dingue, pas vu un truc aussi rock’n’roll depuis longtemps !

Quelques vidéos trouvées sur youtube pour vous donner une idée de la chose (attention, le son n’est pas  forcement fameux), je vous engage à aller faire un tour sur leur site



Ebony Bones
Ebony Bones

Tellement scotché par ça, que j’ai raté Lyre te temps dans l’autre salle ! Sautons directement à Ebony Bones alors ! Show impeccable, très théâtral, costume et maquillage soigneusement barré pour tout le monde, sens du détail (choristes utilisant des bouteilles, vides, de Jack Daniel’s en guise de percussion…). Présentée comme une Beyoncé sous acide, Ebony Bones fait plus penser à Santogold, même évidences mélodiques, mêmes couleurs musicales (rock, punk, pop, hip-hop, electro). Dommage que le concert des Puppetmastaz commençait seulement quelques minutes après le début de son set. Comme beaucoup, j’ai déserté la belle pour ne pas rater les teutons !

Les Puppetmastaz clôturaient donc cette deuxième soirée en tant que tête d’affiche.  Pour ceux qui ne connaissent pas, Puppetmastaz, c’est le Muppet Show qui se transforme en groupe de rap, vingt marionnettes qui nous offrent le spectacle haut en couleur d’un groupe de rap, avec toutes ses turpitudes ! D’ailleurs, on apprend au milieu du set, que le groupe se sépare ! Info, intox, pied de nez au bizness qui empoissonne la musique, critique de l’individualisme forcenée des rappeurs, incapables de la jouer collectif sur le long terme ? Toujours est-il que l’information est confirmée sur leur site.  Attention, toujours  pour ceux qui ne connaitraient pas, ça peut paraitre risible mais :

  1. La musique est terrible, les instrus excellent, les flow dévastateur, un hip-hop ultra efficace
  2. Les marionnettes sont très réussies, on est plus proches du Muppet Show que du Bébête show. Et le spectacle est à la hauteur de la musique


Dernier regret : les concerts se chevauchant, et le bar fermant dès la fin du concert, la soirée se terminait brusquement et assez tôt , sans possibilité de discuter autour d’un dernier verre (M’zelle Lisa, faudra penser à ça pour les prochaines éditions, non ?). Oops, j’allais oublié, la règle idiote imposée au public  de rentrer d’un côté du chapiteau, et de sortir de l’autre côté, juste chiant quand il n’y a pas grand monde, impossible quand la salle est pleine. J’ai même vu, suprême idiotie, un agent de sécurité obliger deux pauvres gars à rentrer de nouveau  dans la salle pour ressortir de l’autre coté alors qu’ils étaient déjà sortis !

Publicités

Read Full Post »

Ami bibliothécaire, tu utilises Incipio, et donc le CMS FckEditor qui y est intégré.
Tu fais des beaux liens, et même des liens vers des adresses mails. Problème, même si tu n’indiques pas l’adresse mail en clair dans ta page, elle apparaît dans le code source sous la forme d’un lien « mailto » et devient dès lors une source de spam. Tu collerais bien un script dans ta page, le problème c’est que FckEditor n’aime pas trop le javascript, il l’interprète et ensuite on ne peut plus le modifier.
Sais-tu que FckEditor dispose d’une fonction d’encodage des mails ? Elle n’est pas activée par défaut car elle bloque le lien si le javascript n’est pas activé sur le navigateur, ce qui me semble hautement improbable.
Il faut modifier le fichier fckconfig.js sur ton serveur. Il se  trouve certainement dans le dossier D:\Inetpub\wwwroot\fckeditor\

Tu vas modifier la ligne 79 pour obtenir

FCKConfig.EMailProtection = ‘encode‘ ; // none | encode | function

en lieu et place de

FCKConfig.EMailProtection = ‘none‘ ; // none | encode | function

Chez moi, la modification n’est effective que le lendemain, certainement car il faut redémarrer IIS.

Dès lors dès que tu inséreras un lien vers une adresse mail, cette dernière sera cryptée. Attention, ça ne marche que sur les nouveaux liens, ceux qui ont été mis en place avant que la modification n’ait été prise en compte seront toujours « en clair »

Read Full Post »