Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2011

Projet numérique

A l’occasion d’une prochaine réunion, j’ai mis en forme quelques idées, qui peuvent ressembler à un « projet numérique », terme assez flou pour pouvoir y mettre un peu tout ce qu’on veut et aussi pour ne pas y mettre des choses dont je n’ai pas la charge (SIGB, acquisition des ressources en ligne…)

Il est basé sur des problématiques locales mais je pense qu’il reste transposable à d’autres établissements. Au final, ça ressemble à une feuille de route pour forger l’identité numérique d’une BU.

Voici donc le machin (sous forme de notes) :

Préambule : Numérique = sujet transversal. Volonté de travailler avec les collègues en charge des dossiers (services aux publics, formation des usagers…).

Objectifs : établir une feuille de route sur les différentes actions à mener, émettre des priorités, mettre en place une organisation de travail.

I) De quoi on parle ?

3 axes : le site web, « community management », les espaces publics numériques (les ordis de la BU, quoi)

1) Le site web

Pitié, ne parlons plus de portail documentaire, sauf pour se faire mousser devant les tutelles (université, ministère). Parlons au public de site web. A la limite, donnez lui un p’tit nom (ici, c’est e-BULCO)

a) un enjeu majeur

Compatibilité avec les smartphones et tablettes style Ipad. Depuis la rentrée, 500 connexions depuis des supports mobiles dont 43 depuis un Ipad. Ça  reste marginal mais il faut investir ce terrain au plus vite. Deux volets : version adapté au smartphone, développement d’application.

Prévoir une étude de faisabilité.

b) Evaluer

objectifs : connaître les usages et les non-usages, améliorer l’existant.

Outils : établir un rapport mensuel complet (stats Google Analytics, reverse proxy, parc public). Complet ne signifie pas exhaustif = faire le tri dans les stats, surtout celles d’Analytics. Et bien sûr, éplucher ces stats pour évaluer = dépasser le stade des stats qui ne servent qu’à l’ESGBU. Se servir des normes ISO 2789 et ISO 11620 pour construire des indicateurs de performances.

c) se donner des objectifs

L’évaluation va permettre de mettre en lumière ce qui marche et ce qui marche moins. Toutefois, on a déjà des intuitions, des constats face aux réactions des usagers.

Dialogue avec le CRI pour intégrer les extérieurs au LDAP  (avoir un seul point d’authentification, accès au wifi pour les extérieurs)

Vers une interface plus conviviale, plus intuitive plus personnalisée, plus ergonomique. Moins de navigation, plus de contenus

d) Comment les réaliser ?

Simplification de la navigation, création de contenus. Le site ne met pas assez en valeur les services et collections.

On a un portail et un blog. A terme, n’avoir qu’un seul outil : imbrication du blog dans la portail.

2) Community management

Ça y est, le gros mot est lâché.

a) C’est quoi ?

Il s’agit de tisser du lien avec et entre nos usagers. Et d’aller vers les non-usagers. En étant attractif. Donc forger l’identité de l’établissement en valorisant ce qu’on fait.

b) Un constat

Nous ne sommes assez attractifs. Nous avons des outils et  des services qui sont bons, mais personne ne le sait. Il s’agit donc de revoir complétement la communication. A quoi sert de mettre en place un service innovant si personne ne le sait ? Ou pire communiquer de façon si terne et maladroite que ce service n’est pas attrayant.

c) un moment clé

Tous les étudiants de 1ere année suivent un cursus de formation à la méthodologie documentaire. Il faut profiter de cette occasion pour présenter la BU sous un jour attrayant. Au lieu de nous embourber dans un contenu pédagogique lourd (vous pensez vraiment qu’un étudiant de L1 a besoin de savoir ce qu’est une autorité ? ) et de conclure cette formation par une interro, mettons en valeur nos services et nos collections. Faisons de la BU un endroit convivial, faisons en sorte qu’ils aient envie de revenir.

Quant au contenu pédagogique, formons les à l’utilisation des flux RSS que nous proposons. Pour les étudiants en Master, formons les à l’utilisation de Zotero puisque notre catalogue est compatible.

d) Comment on fait ?

Blog : des rédacteurs plus nombreux, des sujets plus divers. Tous les actions de la BU doivent être  relayées sur le blog.Valorisation des actions culturelles
Création de contenus : tutoriels vidéos (screencast) sur l’utilisation du site, de Zotero et des ressources en ligne (gros travail :  scénariser les vidéos, écrire les « dialogues »). Diffusion sur Youtube…
Investissement : 1 appareil photo/caméscope pour filmer/photographier les manifestations culturelles,  un logiciel de screencast si les logiciels gratuits ne donnent pas satisfaction, un micro.

Chat : On utilise pour l’instant Meebo, et on testé auparavant l’outil d’Archimed. Les deux outils ne donnent pas entièrement satisfaction. Meebo est en anglais et ne permet pas de suivre une conversation de page en page. L’outil d’Archimed ne permet pas le chat anonyme (sans authentification), ne dispose pas d’alerte en cas de message, et n’est pas exportable vers d’autres sites. Au-delà de ces considérations, un service de référence en ligne ne prend son sens que s’il est collaboratif. Il est donc urgent d’intégrer UBIB et de disséminer le chat sur nos outils (site, blog, campus pédagogique, portail de l’université). Prévoir une campagne de communication pour le lancement du service (mailing, affiches…)

Dissémination dans l’Université : prévoir de rencontrer les personnes en charge des outils en ligne de l’Université pour connaître les possibilités et disséminer nos services (chat, catalogue, dossier lecteur, support de cours de méthodologie documentaire) dans ces outils (campus pédagogique, portail de l’université).

Réseaux sociaux : être présent sur Facebook, Twitter, Youtube, Flickr

3) Espaces publics numériques

Evaluation et amélioration des interfaces publiques (libérons les du système d’Archimed : postes bridés, pas à jour)

Planification du renouvellement du matériel (fin de la fourniture en juillet de postes sous Windows XP). Etendre la collaboration entreprise sur le parc pro avec le service informatique sur le parc public ?

Réflexion sur le prêt de liseuses (avec offre de contenus) et sur le prêt d’ordinateurs à court et à long terme.

II) Bon maintenant, comment on FAIT tout ça ? Proposition d’organisation

Une double règle : Se donner des priorités, faire maintenant ce qu’on peut faire rapidement (et je serai tenté d’ajouter « pour pas cher, voire gratuitement »)

1) A faire maintenant

a) le site web

Besoin d’au moins un personne par section pour entrer des infos ponctuelles et palier aux éventuelles absences du webmestre.

b) le blog

Plus de rédacteurs. Là, c’est pas gagné, sur 3 collègues contactées, 2 ont refusé. On va essayer de faire appel aux bonnes volontés lors de la réunion. En tous cas, il faut que ça apparaisse dans les fiches de postes.

Blog est trop peu connu (stats Google Ananlytics et feedburner : 5495 visites, 9480 pages vues, 44 abonnés au flux RSS, chiffres au 24/03/2011. Fréquentation mesurée depuis le 01/09/2010). Organiser une campagne de comm’ pour promouvoir le blog, systématiser l’utilisation de Flashcodes sur les affiches.

Besoin de volontaires pour la création des screencasts.

c) Facebook

Présentation de la page Facebook. Elle est prête mais pas encore publique.

Contenu : articles du blog (déversement automatisé, enfin j’espère. De ce côté, Facebook a un fonctionnement erratique.), liens vers les ressources en ligne (un onglet par filière) , catalogue, chat + informations rapides, nouveautés…

Toutes les personnes présentes lors de la réunion qui possèdent un compte facebook sont rédacteurs.

d) Twitter

Ouverture simultanée à la publication de la page Facebook. Dans un premier temps, dissémination du contenu de la page Faccebook

e) Communication

Toutes les actions numériques de la BU doivent être relayées auprès de la communauté de nos usagers : mailing, campagne d’affichage, goodies (pot à crayon, crayon, signet, autocollant) importance du graphisme, façonner l’image du SCD afin de créer une image attractive, collaboration avec le service communication de l’Université ? (La aussi pas gagné, un collègue les a contactés pour bricoler une affiche informant de l’ouverture du chat : il s’est fait gentiment jeté.) Je crains que n’ayons pas les moyens de nous payer une agence de communication. Alternative : se débrouiller par nous-même avec un graphisme minimaliste.

Il est de tout première importance qu’un chargé de communication soit nommé et qu’un budget soit affecté (modeste : des affiches et des crayons, ça ne coûte pas cher). Rédaction d’un plan de communication.

Prévoir une date officielle de lancement pour Facebook et Ttwitter

Prévoir une campagne de communication : mailing, grandes affiches, petits panonceaux, lien depuis le site web et le blog.

2) A faire plus tard

A faire plus tard parce que ça nécessite un peu de réflexion, ou qu’on regarde comment ça marche.

a) Etre présent sur les supports mobiles

Investir dans le matériel (je veux bien développer tout ce qu’on veut mais si on n’est pas équipé…), prévoir étude de faisabilité.

Prévoir de s’équiper : investissement faible : 1 tablette + 1 téléphone ?

Pistes :

  • Développement en collaboration avec l’université ?
  • Développeur sur un CDI ?
  • Développement en interne à la BU à l’aide d’outil libre et gratuit ou peu onéreux.

b) Evolutions site web et espaces multimédias

Constituer un groupe de travail pour chaque dossier :

  • 1 groupe évolutions/évaluations site web (3 ou 4 personnes) : éplucher les stats, et les normes. Prévoir un calendrier des modifications à apporter
  • 1 groupe sur l’intégration aux outils de l’université : rencontrer les collègues de l’université au plus tôt pour connaître les possibilités.
  • 1 groupe multimédia (« naturellement » constitué par les correspondants informatiques de chaque site + responsable transversal du service) : va certainement falloir se former aux outils de déploiement réseau. Renouvellement du matériel en fonction des finances, et là non plus c’est pas gagné.

Je précise ma conception du groupe de travail : réduit à quelques personnes, pas de réunions interminables pendant lesquelles on s’égare sur des détails.

Publicités

Read Full Post »