Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Musique’ Category

James Brown - Black Caesar

James Brown - Black Caesar

Ce morceau, issu de la bande orginale du film « Black Caesar » ,remake version blaxploitation 1973 du « Litte Caesar » de 1931 avec l’immense Edward G. Robinson, n’est certes pas le plus connu de James Brown. Toutefois, ce blues urbain violent illustre à merveille la solitude et le désespoir qu’on peut ressentir dans la jungle du New York des années 70. Avec ces cuivres rutilants en contrepoint de la voix surpuissante de Brown, ce titre constitue une véritable symphonie de poche.

« And now, ladies and gentlemen : the Godfather of Soul ! the hardest working man in show business ! Mister Dynamite ! Jaaaaaaaaaaaaames Brown!!! »

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

more about « James Brown – Down and out in New-Yor…« , posted with vodpod
Publicités

Read Full Post »

Sixto Rodriguez - Cold Fact

Sixto Rodriguez - Cold Fact

C’est devenu une tradition, tous les ans on redécouvre un chef d’œuvre qui était passé inaperçu il y 30 ou 35 ans. Ainsi, on a pu enfin voir les Zombies ou Love accéder au rang qui leur était dû. Cette fois-ci, c’est Sixto Rodriguez qu’on redécouvre avec son album « Cold Fact », paru dans l’indifférence quasi-générale en 1970. La voix chaude et superbement soul de Rodriguez, porte des textes engagés ou grinçants, comme ce « Sugar Man » au psychédélisme cabossé, enrobé de cuivres et de cordes, élu par le magazine britannique Mojo comme une des plus grandes drug songs de l’histoire (pour le refrain « Silver magic ships you carry / Jumpers, coke, sweet Mary Jane« ). La musique oscille entre folk, psychédélisme et rock seventies. Un chef d’oeuvre,  on vous dit.

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

more about « Sixto Rodriguez – Sugar Man« , posted with vodpod

Read Full Post »

Ouais, je sais, Gainsbourg, en 1985 au Casino de Paris, entouré de Billy Rush et de sa bande de requins ricains, le répertoire passé à la moulinette rock, ok, ok…Mais quand même, on peut trouver quelques perles, dont ce « Dépression au dessus du jardin », composé pour Catherine Deneuve. Tout y est, la mélodie imparable, la perfection de l’harmonie (ce retournement incroyable du mnieur au majeur, là, il ya quelque chose qui m’échappe…), et le texte d’une évidence rare, conclu par l’enjambement (une de ces techniques littéraires préférées) :

Que l’amour revien-
Dra l’été prochain

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

more about « Serge Gainsbourg – Dépression au dess…« , posted with vodpod

Read Full Post »

Katerine - Les créatures

Katerine - Les créatures

L’ineffable  Philippe  Katerine vous emmène depuis Paris vers la Côte d’Opale.  Imaginez la « plage industrielle » de Boulogne-sur-mer en novembre sous la pluie…Katerine y invoque le fantôme de « Muriel », le chef d’œuvre d’Alain Resnais, avec Delphine Seyrig tourné à Boulogne en 1963.

Je précise quand même que la Côte d’Opale peut être très jolie aussi et que la plage de Boulogne est beaucoup moins « industrielle » depuis le démantèlement des aciéries de la SFPO. Si vous avez l’occasion de passer dans le coin, je vous conseille la route Boulogne-Calais par la côte

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

posted with vodpod

En bonus la bande-annonce de Muriel :

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

more about « Muriel – Trailer« , posted with vodpod

Read Full Post »

Al Green - The Belle Album

Al Green - The Belle Album

Ce morceau constitue une charnière dans l’œuvre d’Al Green. Jusque là, avec l’aide de l’immense producteur Willie Mitchell, il avait enchainé au début des années 70 perles et tubes pour le compte de Hi Records ! (Let’s stay together, Tired of being alone, I can’t get next to you…).  En 1974, ébouillanté par une fan éconduite qui se donnera ensuite la mort, Al Green, voyant là un avertissmeent divn se tourne peu à peu vers le christianisme. Sa soul flamboyante va alors devenir plus grave, montrant le cheminement d’un homme entre le charnel et le divin. Le disque « The Belle Album », produit par Green seul sans Mitchell sera le dernier album soul. Ce morceau et son vers « It’s you that I want, but it’s Him that I need » évoque parfaitement l’état d’esprit de Green à l’époque. Après cela, Al Green se fera ordonner pasteur et enregistrera des diques de gospel

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

Read Full Post »

J’inaugure une nouvelle catégorie, celle du « morceau du vendredi ». Un morceau, écouté ou réécouté récemment qui m’aura ému, interpellé, interloqué, charmé, remué…

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

more about « Brian Eno – In Dark Trees« , posted with vodpod
On commence avec non pas un morceau mais deux !
« In Dark Trees »  de Brian Eno,  paru en 1975 sur l’album « In another green world ».  On peut dire que ce morceau porte bien son titre, tant l’ambiance est glauque et minimaliste. Un semblant de rayon de soleil, puis la superbe guitare de Robert Fripp nous replonge dans les limbes
Morceau habilement samplé plus tard par Amon Tobin pour un autre morceau magnifique « Yasawas », paru en 1997 sur l’album « Bricolage ».

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

more about « amon tobin« , posted with vodpod

Read Full Post »

Et si c’était celui-là, le plus album de reggae de tous les temps ? Et si « Fisherman » était la plus belle chanson du plus album de reggae de tous les temps ?

Les vidéos Vodpod ne sont plus disponibles.

more about « untitled« , posted with vodpod

Trio vocal époustouflant composé de Cedric Myton, Roydel Johnson et Watty Burnet, les Congos sont  repérés par le génial Lee ‘Scratch’ Perry en 1976. Celui-ci va les faire se préparer pensant une année entière avant d’enregistrer. Résultat de ce travail, les voix de Roydel Johnson (ténor) et de Watty Burnet (baryton) forment des harmonies parfaites survolées par  la voix haut perchée de Cédric Myton.

Baigné de mysticisme, superbement produit par Scratch, qui, sous l’influence des Congos,  s’intéressera au rastafarisme et se laissera même pousser des dreadlocks pour la seule fois de sa vie – ces derniers le pousseront à mettre la pédale douce sur le rhum et à lui préférer la ganja qui ne tardera pas à envahir le jardin du Black Ark Studio– l’album « Heart of the Congos » sort en 1977.

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »