Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Gainsbourg’

Oui, oui, je vous vois déjà faire la moue , « quand c’est pas  du reggae, c’est du Gainsbourg », ce à quoi je répondrais dans l’ordre :

  1. Et alors ?
  2. C’est MON blog après tout
  3. Celle-là, vous ne l’avez jamais entendue ou alors vous ne vous en souvenez pas et c’est normal

C’est normal car il ne l’a interprétée qu’une seule fois à la télé et ne l’a jamais enregistrée.  Comme il le confesse plus loin, il chantait ce morceau quand il était pianiste de bar « pour tomber les gonzesses, comme des mouches et pas des mouches à merde ». On reconnaît bien là Gainsbourg où l’obscénité suit de très peu la pure émotion, l’écorché vif qui se révèle ici comme un interprète bouleversant.

Publicités

Read Full Post »

Vodpod videos no longer available.

Y’a des disques comme ça, dont on sait qu’on va les aimer, « bien avant » qu’on ne les écoute, qu’on garde au chaud pour la bonne bouche, dont on se dit « non, pas tout de suite, attendons le bon moment pour nous en délecter ». « Trash Yéyé » de Benjamin Biolay est de ceux-là. Longtemps resté sur la « pile de disques à écouter » haute de plusieurs kilomètres, je l’ai écouté en juillet, et comme prévu, je l’ai trouvé vraiment très fort. Abordant des thèmes et des humeurs gainsbouriens (paranoia de l’amant éconduit, adultère, sm…) , le classieux dandy aborde la chanson française avec ironie (« Bien avant », « Cactus Concerto »), tutoie le drame dans l’électro(l’excellent « Laisse aboyer les chiens ») tout en ayant une identité musicale et textuelle très forte et très personnelle. Du coup, ce n’est pas un morceau que je vous propose, mais carrément l’album  entier

Read Full Post »

Ouais, je sais, Gainsbourg, en 1985 au Casino de Paris, entouré de Billy Rush et de sa bande de requins ricains, le répertoire passé à la moulinette rock, ok, ok…Mais quand même, on peut trouver quelques perles, dont ce « Dépression au dessus du jardin », composé pour Catherine Deneuve. Tout y est, la mélodie imparable, la perfection de l’harmonie (ce retournement incroyable du mnieur au majeur, là, il ya quelque chose qui m’échappe…), et le texte d’une évidence rare, conclu par l’enjambement (une de ces techniques littéraires préférées) :

Que l’amour revien-
Dra l’été prochain

Vodpod videos no longer available.

more about « Serge Gainsbourg – Dépression au dess…« , posted with vodpod

Read Full Post »